-  Lectures du moment   -  Traverser les murs

Traverser les murs

Nous avons découvert l’artiste performeuse Marina Abramović durant un documentaire sur la chaine Arte où elle présentait une retrospective de toutes ses performances sur plusieurs années. Le documentaire « The artist is present » relate plusieurs années d’études et de recherches, nous avons été captivé par son travail, ses projets et son personnage.

J’ai récemment enprunté à la bibliothèque d’Annecy, le livre d’Annie Leibovitch « At Work », très intéressant également. En rapportant ce livre, je découvre une exposition sur les auto-portraits de la photographe Vivian Maier, puis à l’étage en dessous, le rayon sur l’art contemporain, je tombe alors sur le livre de Marina Abramović « Traverser les murs ». Traverser les murs, c’est un peu comme the artist is present, on y découvre les mémoires de Marina et sa vie de performances : parcourir la muraille de Chine avec son compagnon de l’époque Ulay, marchant chacun 2500 km pendant 3 mois pour se retrouver à mi-chemin, ou encore lors de sa performance artistique au Musée d’art moderne de New-York, où durant 3 mois de 10h à 17h, tous les jours, elle a invité des inconnus à venir s’asseoir en face d’elle et à se regarder durant une longue minute sans parler. C’etait selon moi, quelque chose de tellement beau, des humains qui se regardent avec le coeur, en laissant tomber les apprioris, toutes les difficultés, simplement regarder. Certains se sont mis a pleurer et ça ne m’étonne pas. C’est une forme d’energie ultra-puissante. Selon moi elle s’est totalement nourrit de tous ces gens et ces gens se sont nourri d’elle également. C’est l’une des experiences que j’aurais voulu faire.

A titre personnel, cela nous a encouragé à aller au delà de notre vie quotidienne qui était déjà assez pimentée ! Nous avons eu le courage grâce à elle de réaliser une petite performance de se séparer de tout confort et de vivre dans un van California durant près de 2 ans, voyager en Europe tout en continuant de travailler. On a comme ça des petites performances au quotidien comme par exemple : marcher pieds nus en five fingers, déménager chaque année en prenant le soin de tout vendre pour tout racheter et changer totalement de déco, le but était de découvrir et s’imprégner des différentes villes/villages/quartiers de France, vivre sans télévision, vivre sans frigo, ne plus avoir de canapé, dormir à même le sol pendant plusieurs mois, garder l’essentiel et les choses utiles en se basant plus sur la qualité que sur la quantité, d’avoir plus de temps pour soi, le temps de marcher, de s’aérer… la liste est longue… Il faut provoquer et vivre nos expériences, car le plus difficile est de vivre le quotidien toujours de la même manière. De part nos expériences, nous avons découvert la faculté remarquable de l’être humain à s’adapter.

Revenons au livre de Marina, ce livre est totalement captivant, je l’ai lu en une dizaine de jours. Il a déclenché beaucoup de réactions, d’un coup, les idées viennent dans ma tête, des envies de créations, une ouverture d’esprit décuplée. Marina partage ses expériences, son histoire, on rentre dans son intimité. Son récit m’amène à de la réflexion, il y a comme un genre de travail qui s’effectue sur soi-même.

Ce que je peux en tirer c’est qu’il faut travailler ses propres peurs, oser, créer, écouter ses ressentis, etc. Ses performances peuvent aller au delà de la résistance humaine, d’ou le fait de la pensée qui nous retient, sans doute par peur et que le fait d’entrainer notre corps, petit à petit, notre esprit se résigne à changer les schémas habituels et à oser aller vers l’inconnu et la liberté.

Elle explique de façon très simple ses démarches, ses pensées, même si les performances ne sont pas faciles à réaliser, elle oeuvre dans la simplicité pour nous aider a travailler sur nous même, elle donne d’ailleurs des formations où elle aide les personnes dans l’art à passer au delà des barrières, à traverser les murs. Les murs sont comme toutes ces barrières que l’on s’imposent, de par notre éducation, certaines valeurs, nos coutumes, etc.

Je découvre un personnage très connectée à ses énergies, et au fur et a mesure de ses expériences et de ses voyages, où elle est invitée par plusieurs musées de la planète qui subventionnent ses idées, elle apprend à ressentir cette énergie (notamment du Tibet), elle jeûne, et à 73 ans, le moindre qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne les fait pas !

Quand on lit Marina, c’est comme si on etait dans son salon et que l’on discutait avec elle, un échange très simple et efficace.

Ce qui est extraordinaire c’est la façon dont elle arrive à créer une performance à partir d’une expérience vécue, et surtout la façon dont elle transmet au public différentes émotions.

Le chemin qu’a pris Marina dans sa vie n’est pas un chemin qu’on entreprend facilement, ce n’est pas tout tracé, il faut tout remettre en question et faire confiance à sa première pensée et à son intuition.

Son corps est son oeuvre d’art, a quel niveau serions-nous capable de résister à ce qu’elle entreprend ? Elle coupe, elle entaille, elle fait saigner, elle travaille sur toutes ses peurs pour se délivrer et trouver de la liberté. Le but de la vie est peut-être de vivre des expériences…

La prochaine lecture sera le livre d’Annie Leibovith, At work… A suivre…

Johanna et Yves Colas sont photographes et vidéastes. Leurs domaines d'activités sont le portrait, les destinations weddings, les photos de communication et évènements d'entreprise, ainsi que les lookboooks et shootings pret-à-porter → en savoir plus